Select Page

Robert Fortune, l’espion qui vola le thé

par | Actualisé le 28 août 2017 | Publié le 21 juillet 2017 | Histoire / Géographie | 0 commentaires

Robert Fortune

Robert Fortune est un botaniste et explorateur britannique. Né le 16 septembre 1812 à Kelloe et mort le 13 avril 1880 à Londres, c’est à lui que l’on doit la fin du monopole Chinois sur le commerce de thé par l’introduction de théiers en Inde. En plein entre les deux guerres de l’opium, il fut en effet missionné par la Compagnie Britannique des Indes Orientales pour récolter des plantes en Chine.

 

Voyons donc comment tout cela s’est déroulé !

Les débuts

Alors qu’il est âgé de 30 ans, Robert Fortune travaille au Jardin Botanique d’Edinbourg, puis à la Royal Horticultural Society de Chiswick. A la fin de la première guerre de l’opium, avec la signature du traité de Nankin le 29 août 1842, il est envoyé par cette dernière en Chine pour y récolter des plantes et les ramener en Occident. Il y passera trois ans qui lui permettront de décrire un certain nombre de plantes et surtout de comprendre leur culture en vue de leur exportation en Grande Bretagne. Il rédigera notamment un ouvrage intitulé Three Years’ Wanderings in the Northern Provinces of China, dans lequel il décrit ses observations sur les étapes de fabrication du thé.

De retour de ce premier voyage en 1845, les échanges économiques entre la Chine et l’Empire Britannique sont rétablis. L’Empire, alors grand consommateur de thé, projette de s’affranchir de la Chine en développant ses premières plantations en Inde. Il ne possède cependant ni théiers ni connaissance des techniques de production du thé noir et du thé vert. C’est alors que Robert Fortune entre à nouveau en jeu.

Robert Fortune vivant à la Chinoise

La Compagnie Britannique des Indes Orientales et l’espionnage de la culture du thé

En 1848, la Compagnie des Indes Orientales confie à Robert Fortune la mission de retourner en Chine, cette fois-ci pour prélever des graines et plants de théiers, mais aussi pour étudier les secrets de production et engager (et déporter) des ouvriers chinois. Bien que la deuxième guerre de l’opium n’ait pas encore éclaté, les relations entre la Chine et l’Occident demeurent particulièrement tendues. Ainsi, Pékin interdit formellement à tout occidental de voyager sur ses terres.

Qu’à cela ne tienne ! L’audacieux Fortune s’habillera désormais à la chinoise, parlera mandarin, portera les cheveux en une longue natte et expliquera aux curieux qu’il vient d’une lointaine contrée au-delà de la grande muraille. De ce voyage incognito, il rédigera un ouvrage, A Journey to the Tea Countries of China, dans lequel il décrit la Chine, ses aubergistes, ses fumeurs d’opium, ses scènes de vie…

Le vol du thé et son implantation en Inde

En Chine, il arpentera pendant 4 ans les monts Wuyi dans le Fujian et les montagnes jaunes de l’Anhui (Huangshan). Ce sont ces deux régions qui sont particulièrement réputées, à l’époque mais encore aujourd’hui, pour leurs thés verts (et oolong). C’est ainsi qu’il prélèvera 20 000 plants de théiers, qui iront rejoindre en 1850 les plantations britanniques de l’Utar Pradesh en Inde avec des ouvriers Chinois. En 1856, la première plantation de thé verra le jour à Darjeeling.

 

 

De 1853 à 1862, il voyagera à nouveau en Chine, puis à Taïwan et au Japon, ce qui lui permettra de décrire l’élevage du ver à soie et la culture du riz et d’introduire en Europe des azalées, des pivoines, des chrysanthèmes…

Carte des visites de Fortune dans les régions productrices de thé
N

Cet article est terminé !

Nous espérons que cet article vous aura plu. Si c’est le cas, n’hésitez pas à nous le faire savoir, soit dans les commentaires ci-dessous soit sur les réseaux sociaux ! Si vous avez des questions et avez besoin de conseils, n’hésitez pas non plus par les mêmes biais !

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Rejoignez notre mailing list pour recevoir les dernières nouvelles, mises à jour et téléchargements gratuits !

Vous êtes correctement inscrit ! Vous allez recevoir un mail pour valider votre inscription. Si vous ne recevez rien, vérifiez vos spams.

Pin It on Pinterest

Share This