Select Page

Jin Chan et les Huit Immortels : Du vol des Pêches Magiques à un Crapaud porte-bonheur

par | Actualisé le 30 septembre 2017 | Publié le 4 mars 2017 | Mythes et Légendes | 0 commentaires

Jin Chan

Nous en avons très rapidement parlé dans notre billet sur les trois Tea Pet en ruyao et chose promise chose due, nous allons détailler un peu plus la légende de Jin Chan et des Huit Immortels. Afin de tout bien comprendre, il conviendra dans un premier temps de vous expliquer qui étaient les Huit Immortels. Puis nous développerons au sujet des Pêches d’Immortalité avant de parler de Jin Chan à proprement dit et de son lien avec le thé.

Si vous vous sentez d’attaque pour un bon Quickening, embarquez avec nous sur la mer de l’immortalité !

Les Huit Immortels

Les Huit Immortels sont un groupe d’immortels (Xian) légendaires de la mythologie chinoise. Cités pour la première fois sous la Dynastie des Yuan (1271 – 1368), ils étaient probablement nommés ainsi en référence aux Huit Erudits Immortels du Huainan. Dans la littérature antérieure aux années 70, ils sont aussi appelés les Huit Génies. Chacun d’eux possédait un pouvoir qui émanait lui-même d’un objet de puissance (l’ensemble formant le “Secret des Huit Immortels“), leur permettant ainsi par exemple de donner la vie ou encore de détruire le mal. La légende raconte que certains d’entre eux seraient nés sous la Dynastie Tang (618 – 907) ou la Dynastie Song (960 – 1279). Vénérés par les taoïstes, ils sont aussi un élément populaire de la culture laïque chinoise. Il est dit qu’ils vivent sur un archipel de cinq îles de la mer de Bohai, qui comprend notamment l’île-montagne de Penglai.

He Xian Gu

Née à Guangdong sous la Dynastie Tang, elle est souvent considérée comme la seule femme du groupe (bien que le sexe de Lan Caihe soit souvent ambigu). Elle serait la fille de He Tai, un notable de Guangdong, et serait née avec six longs cheveux disposés en couronne sur la tête. Lorsqu’elle eut une quinzaine d’années, une divinité lui apparut en rêve et lui appris à ingérer de la poudre de mica, ce qui lui permit de rendre son corps comme de l’éther et de s’immuniser contre la mort. Instruite, elle fit voeu de chasteté et diminua son alimentation. Appelée à la cour impériale de Wu Zetian, elle s’est volatilisée en chemin et, sous le règne de l’Empereur Zhongzong, elle serait montée au ciel en plein jour sur le dos d’un cygne ou d’une grue pour y devenir immortelle.

Les Huit Immortels
He Xian Gu
Lan Caihe
Cao Guojiu
Li Tieguai

Lan Caihe

D’âge et de sexe non clairement définis, il est souvent décrit comme un homme habillé en femme ou comme une femme habillée en homme. Il prend soin d’une fleur de bambou qu’il transporte dans un pannier, ou d’une paire de castagnettes de bambou (selon les écrits). Chevauchant une tortue, symbole de longévité, il est dit qu’il se trouvait en état d’ébriété lorsqu’il quitta le monde des humains. Il serait devenu immortel avec l’aide de Sun Wukong qui lui aurait transféré 500 ans de puissants pouvoirs magiques.

Cao Guojiu

Il est le descendant de Cao Bin, un général du début de la Dynastie Song, et le plus jeune frère de l’Impératrice Cao, femme de l’Empereur Renzong. Souvent représenté vêtu de robes officielles et tenant une tablette de jade, il est considéré comme la divinité protectrice du théâtre. C’est alors qu’il vivait reclus qu’il a rencontré les immortels Zhongli Quan et Lü Dongbin, qui lui ont enseigné les arts taoïstes magiques. Après de nombreuses années de pratique et de culture, il devint lui aussi immortel.

Li Tieguai

Il est parfois décrit comme irascible et de mauvaise humeur, mais aussi bienveillant envers les pauvres, les malades et les nécessiteux, dont il soulage les souffrances avec la médecine spéciale de sa gourde. Il est souvent décrit comme un vieil homme laid avec le visage sale et les cheveux en désordre tenus par une bande d’or. Il marche avec l’aide d’une béquille de fer et a une gourde en bandoulière sur son épaule. Il est souvent représenté ayant une figure de clown et descendant sur la terre sous la forme d’un mendiant qui utilise son pouvoir pour lutter en faveur des opprimés et des nécessiteux. La légende dit qu’il serait né sous la dynastie des Yuan. Dans le folklore toutefois, il est représenté comme apprenti de Lao-Tze, qui vécu pour sa part au VIème siècle avant JC.

Han Xiangzi
Lü Dongbin
Zhang Guolao
Zhongli Quan

Lü Dongbin

Erudit et poète chinois de la dynastie des Tang, il l’un des plus connus du groupe des Huit Immortels et considéré par certains comme le leader de facto du groupe. Il est aussi un personnage historique qui a été mentionné dans le livre d’histoire officielle de l’histoire des Song. Lü est largement considéré comme l’un des premiers maîtres de la tradition du néidan, ou alchimie interne. Il est représenté dans l’art comme étant habillé comme un savant et il porte souvent une épée sur son dos qui dissipe les mauvais esprits.

Han Xiangzi

Ayant étudié les arts magiques taoïstes sous la tutelle de Lü Dongbin, il est souvent représenté portant un dizi (flûte chinoise). A ce titre, il est également considéré comme la divinité patron des flûtistes. Il est également considéré comme le compositeur de la pièce musicale taoïste Tian Hua Yin.

Zhang Guolao

Parmi les Huit Immortels, Zhang Guolao, Zhongli Quan et Lü Yan étaient de véritables personnages historiques. On dit de Zhang Guolao que son existence a commencé vers le milieu ou la fin du 7ème siècle, et s’est terminée approximativement au milieu du 8ème. L’épithète “Lao” ajoutée à la fin de son nom signifie “vieux”. Les empereurs de la dynastie Tang, Taizong et Gaozong, invitaient souvent Zhang à leurs cours impériales, mais il refusait toujours ces invitations. Une fois, demandé par Wu Zetian, il a finalement accepté de quitter son ermitage. Arrivé à la porte du temple, il mourut subitement. Son corps a été vu se décomposer et être consommé par les vers, mais il a été vu plus tard, vivant et en bonne santé, sur la montagne Zhongtiao à Hengzhou.

Zhongli Quan

Né sous la Dynastie des Han, il brandit un grand éventail qui peut ressusciter les morts et transformer les pierres en argent ou en or.

Les huit immortels traversant la mer

Les Huits Immortels traversant la mer

Les Huit Immortels sont connus pour de nombreux faits d’armes. Parmi ceux-ci, leur traversée de la mer nous intéresse particulièrement ici, puisqu’elle est liée aux pêches d’immortalité. Dans un ouvrage éponyme réalisé pendant les Ming (XIVe-XVe siècles) par un écrivain anonyme, les Immortels sont en route pour assister au Banquet des Pêches Magiques (蟠桃 會 pán taó huì) lorsqu’ils rencontrent un océan. Au lieu de compter sur leurs nuages ​​pour les faire passer, Lü Dongbin suggère que chacun d’eux devrait exercer ses pouvoirs uniques pour le traverser. C’est ainsi que le proverbe chinois «Les huit immortels traversent la mer, chacun révèle son pouvoir divin» indique la situation dans laquelle tout le monde met en valeur ses compétences et son expertise pour atteindre un objectif commun.

Les Pêches d’Immortalité

Les Pêches d’Immortalité sont consommées par les immortels en raison de leur vertu mystique de conférer la longévité à tous ceux qui les mangent. Les pêches symbolisant l’immortalité (ou le désir d’une vie longue et saine) sont un symbole commun dans l’art chinois, apparaissant dans un certain nombre de fables, de peintures et d’autres formes d’art, souvent en association avec une iconographie thématique similaire, comme par exemples certaines divinités ou immortels ou d’autres symboles de longévité tels que les cerfs ou les grues.

Le Banquet des Pêches Magiques

L’Empereur de Jade et sa femme Xi Wangmu (Reine Mère de l’Ouest) ont assuré l’existence éternelle des divinités en les nourrissant avec les pêches de l’immortalité. On dit que les immortels, résidant dans le palais de Xi Wangmu, célébreraient un banquet extravagant appelé «fête des pêches» sur terre en l’honneur de Xi Wangmu le 3ème jour du 3ème mois de pleine lune. Les immortels attendirent six mille ans avant de se réunir pour cette fête magnifique. Le pêcher prenait des feuilles une fois tous les mille ans et il fallait encore trois mille ans pour que le fruit mûrisse. Ainsi, une fois, les Huit Immortels ont traversé les mers pour assister au banquet. Mais ils étaient accompagnés, sans le savoir, de la femme cupide de l’un des Huit Immortels (l’histoire ne nous dit pas lequel, mais il s’agit probablement de Cao Guojiu)…

Les Huit Immortels et le pêcher magique
Les Huit Immortels et le pêcher magique

Jinchan…

…tente de voler une pêche et devient un crapaud

Ainsi donc, alors qu’ils se rendaient à ce somptueux banquet, les Huit Immortels étaient sans le savoir accompagnés de la femme de l’un deux, probablement de Cao Guojiu, et dont la beauté n’avait d’égal que sa cupidité. En effet, celle-ci se cachait car son objectif véritable n’était pas d’accompagner son époux, mais de dérober l’une des pêches d’immortalité. Elle échoua dans sa quête et fut alors changée en crapaud en terme de punition. Liu Haichan, considéré comme la divinité taoïste de la santé et de la bonne fortune, est depuis accompagné de son mystérieux crapaud à trois pattes, le Chanchu Jinchan, qui est recouvert de pièces de monnaie (en lien avec la cupidité) et qui tient un écu dans sa bouche.

Un symbole de bonne fortune…

Depuis lors, Jin Chan, que l’on trouve souvent sous l’appellation anglaise “Money Toad”, est en quelque sorte un charme, une amulette, de prospérité. C’est une créature mythique que l’on aurait souvent aperçue à la pleine lune roder autour de commerces qui ont ensuite reçu rapidement de bonnes nouvelles.

Le Jin Chu est généralement représenté comme une grenouille aux yeux rouges, des narines évasées et une seule patte arrière (pour un total de trois pattes), assis sur une pile de monnaie chinoise traditionnelle, avec une pièce de monnaie dans sa bouche. Sur son dos, il affiche souvent sept taches de diamant symbolisant la Grande Ourse, ou la Charrue, qui joue un rôle important dans l’astrologie chinoise. Il est souvent montré en compagnie de Liu Haichan, un célèbre alchimiste chinois du Xe siècle qui a appris le secret de l’immortalité du Chan Chu et est devenu un xian (mais ne fait pas parti du groupe des Huit, bien qu’il les ai côtoyés). En japonais, Liu Haichan est connu sous le nom de Gamma Sennin (le Sennin au crapaud).

Liu Haichan et le Chanchu
JinChan
Tea Pet JinChan

… qui accompagne le buveur de thé

C’est pour cette propension à apporter la bonne fortune que JinChan est souvent utilisé comme Tea Pet. Il est alors placé sur le bateau à thé. En préparant son thé, le buveur lui en verse alors également en offrande tout en faisant tourner la pièce de monnaie qu’il tient dans sa bouche. Et cela lui apporte la prospérité !

N

Cet article est terminé !

Nous espérons que cet article vous aura plu. Si c’est le cas, n’hésitez pas à nous le faire savoir, soit dans les commentaires ci-dessous soit sur les réseaux sociaux ! Si vous avez des questions et avez besoin de conseils, n’hésitez pas non plus par les mêmes biais !
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Rejoignez notre mailing list pour recevoir les dernières nouvelles, mises à jour et téléchargements gratuits !

Vous êtes correctement inscrit ! Vous allez recevoir un mail pour valider votre inscription. Si vous ne recevez rien, vérifiez vos spams.

Pin It on Pinterest

Share This