Select Page

Comment délacer les feuilles de Puerh en vue de leur infusion

par | Actualisé le 7 octobre 2017 | Publié le 23 juin 2017 | Tutoriels | 0 commentaires

Comment délasser les feuilles de Puerh

Il est toujours plaisant d’admirer une galette de thé compressé, une brique de Puerh, une tuocha… Mais comme cela peut être déconcertant la première fois qu’il s’agit d’en délasser les feuilles en vue de les infuser ! C’est tellement beau que l’on a trop peur de tout abîmer. Et effectivement, c’est vite le cas si l’on ne s’y prend pas correctement ! Alors que c’est pourtant si simple lorsque l’on connait l’astuce…

 

Apprenez donc dans ce tutoriel comment délacer facilement vos feuilles de Puerh en vue de leur infusion !

Quelques informations importantes en guise de préambule

Avant d’entrer dans le vif du sujet et d’expliquer concrètement comment extraire les feuilles d’un thé compressé, il convient de faire le point sur deux choses importantes : le matériel dont vous aurez besoin et les différentes formes de compression existantes.

Le matériel nécessaire

Afin d’extraire les feuilles de thé de votre galette, il vous faut un petit peu de matériel. Mais absolument rien de ce matériel n’est obligatoire, tout peut-être remplacé, et nous allons voir par quoi !

Le plateau à thé

Une chose très pratique lorsque l’on souhaite décortiquer une galette de Puerh, c’est un plateau à thé. Il s’agit d’un support, généralement en bambou (puisque c’est un bois dur, beau et peu couteux) équipé d’une encoche pour évacuer les feuilles ou les débris. Il doit être suffisamment grand pour y déposer une galette. C’est alors sur ce plateau que tout se passera.

Mais ce plateau peut tout aussi bien être remplacé par tout autre support que ce soit : un plateau de service en plastique ou bien par exemple la feuille qui emballe la galette. Le tout est de pouvoir ensuite facilement verser le thé dans l’infuseur. Sachez toutefois qu’un plateau à thé comme celui présenté ci-contre coûte entre 15 et 20 euros et qu’y mettre plus cher n’est pas forcément judicieux.

Plateau à thé

Le couteau / le pic à Puerh

C’est cet outil qui vous permettra de passer entre les feuilles et de faire levier, délicatement, pour extraire vos feuilles. Cet outil est bien évidemment indispensable, mais il peut tout aussi bien s’agir d’un couteau spécialement conçu ou d’autre chose. L’important est que la lame ne soit pas tranchante (un vrai couteau de cuisine affûté est donc à proscrire) et souple, afin de ne pas abîmer les feuilles.

Ainsi, vous pouvez remplacer ce couteau à Puerh par un poinçon (ce dont on se sert pour faire des trous dans le cuir, le bois, les murs…) par exemple ou encore un coupe-papier (ce dont nos grands-parents se servaient pour ouvrir ce qu’ils appelaient “enveloppes“, avant que l’on invente le trackpad pour ouvrir l’e-mail… extraire ses feuilles de thé au trackpad n’est pas adéquat).

Pic à Puerh conçu pour
Poinçon de menuisier, tout aussi efficace
Couteau à Puerh, conçu pour
Coupe papier des grand-parents, tout aussi efficace

Les différentes formes de compression existantes

Historiquement, le thé était compressé afin de faciliter son transport le long des anciennes routes du thé. Aujourd’hui, bien que cela ne soit plus nécessaire puisque le thé n’est plus transporté à dos d’homme, c’est une pratique qui est restée, notamment car elle permet de stocker une plus grande quantité de thé dans un espace restreint. Il existe cependant différentes formes de compression, et à chaque type de compression sa méthode de délassage.

Le maocha

C’est la forme la moins compressée, puisqu’elle ne l’est pas du tout ! C’est en fait du puerh en vrac.

La tuocha

C’est une compression en forme de nid d’oiseau. L’appellation provient du nom de la rivière TuoJiag, sur la route du thé et des chevaux. Le poids d’une tuocha varie entre 3 grammes et 3 kilogrammes.

La galette

Circulaire, c’est la forme la plus courante. Elle pèse entre 100 grammes et 5 kilogrammes, généralement 357 grammes.

Maocha

La brique

C’est une compression en forme de brique (si si). Il s’agissait de la forme la plus courante rencontrée sur la route du thé. Elle peut peser jusqu’à 1 kilogramme, plus généralement 100 ou 250 grammes.

Tuocha vue de dessus
Brique de puerh (photo : puerh.fr)
Tuocha vue de dessous

La Jincha

Plus particulièrement pour l’export vers le Tibet et en forme de champignon, le poids d’une Jincha est en général de 250 à 300 grammes.

Galette de Puerh
Jincha de puerh (photo : realpuerh.com)

Le délaçage des feuilles

 

Maintenant que vous êtes équipés et que vous savez ce que vous avez sous les yeux, allons-y, délassons ces feuilles ! L’idée va être d’extraire les feuilles sans les abîmer, sans les couper, sans les casser, idéalement en de gros morceaux (afin de limiter la casse) tout en préservant la forme globale de la galette. C’est un peu compliqué au début, mais en quelques fois on prend le coup ! Disons-le tout de suite, IL NE FAUT PAS planter son pic à puerh n’importe où, faire levier et tout déglinguer comme un bourrin. Oh non, ça c’est mal… On le sait, on l’a fait…

Galette de puerh mal délassée
Brique de puerh mal délassée

L’objectif va être de retirer au maximum des feuilles entières. Evidemment, plus la compression sera forte et plus cela sera difficile, voire impossible. Dans ce cas, il faudra alors retirer un morceau entier de galette (ou de tuocha, brique etc.) qui se déliera de lui-même dans la théière (d’où l’importance du rinçage pour le puerh).

Il arrivera également d’avoir des miettes et des poussières. Jetez-les ! Il ne sert à rien de chercher à les infuser, cela gâcherait votre thé. Il vaut mieux jeter un peu de thé que de gâcher toute une session !

Délacer une galette

Retournez votre galette afin de voir le trou circulaire. Placez votre pic à puerh au niveau du trou, quasi-parallèlement à la galette. Glissez-le délicatement dans la galette, à peine sous la surface, toujours parallèlement à la galette. Faites maintenant très légèrement levier en effectuant une légère rotation du pic autour de son axe. Si votre galette est peu compressée, cela vient tout seul, et si elle est très compressée, cela vient presque (pas) tout seul !

Délassage d'une galette de puerh, étape 1
Délassage d'une galette de puerh, étape 2
Délassage d'une brique de puerh, étape 1
Délassage d'une brique de puerh, étape 2

Délacer une brique

La technique est très similaire à celle de la galette. Depuis l’extérieur de la brique, de préférence sur l’un de ses petits côtés, plantez, non loin de la surface, votre pic à puerh quasi-parallèlement à la brique. Faites légèrement levier en effectuant une rotation du pic autour de son axe.

Délacer une tuocha ou une jincha

Là, c’est un tout petit peu plus technique, mais rien de méchant. Placez la tuocha à l’envers, trou vers le haut (pour la jincha, tenez-la pied vers le haut). Plantez légèrement votre pic à puerh dans l’axe vertical, vers l’extérieur. Enfin, faites légèrement levier en effectuant une légère rotation du pic sur son axe. Et puis voilà !

Délassage d'une tuocha de puerh, étape 1
Délassage d'une tuocha de puerh, étape 2

Délacer un maocha

Nan mais sans déc ?! Vous avez bien lu plus haut ?! Le maocha n’est pas compressé, alors y a pas ! 😉

Voilà, vous savez maintenant tout pour délasser vos feuilles de puerh et ne plus les abîmer !

N

Ce tutoriel est terminé !

Nous espérons que ce tutoriel vous aura plu. Si c’est le cas, n’hésitez pas à nous le faire savoir, soit dans les commentaires ci-dessous soit sur les réseaux sociaux ! Si vous avez des questions et avez besoin de conseils, n’hésitez pas non plus par les mêmes biais !

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Rejoignez notre mailing list pour recevoir les dernières nouvelles, mises à jour et téléchargements gratuits !

Vous êtes correctement inscrit ! Vous allez recevoir un mail pour valider votre inscription. Si vous ne recevez rien, vérifiez vos spams.

Pin It on Pinterest

Share This