Select Page

Le Kokedama : La nature au creux des mains

par | Actualisé le 1 octobre 2017 | Publié le 28 août 2017 | Autres Objets d'Asie, Tutoriels | 0 commentaires

Les Kokedama : Un écrin de nature au creux de la main

Le Kokedama (苔玉), littéralement “balle de mousse“, est un art ou art de vivre apparu au Japon au début des années 90. Il est à mi-chemin entre les arts traditionnels japonais du bonsai et celui de l’ikebana. Avec certaines mises en scène, il peut être wabi-sabi. Il consiste en une plante (qu’il s’agisse d’une fleur, d’une herbe, d’un arbre…) qui se développe et s’épanouit sur une sphère de mousse. Cette mise en situation très particulière de la plante a pour objectif de la mettre en valeur, la mousse donnant un aspect naturel à la conception.

Ce que nous vous proposons dans cet article, c’est de mettre en relation Kokedama et art du thé et de vous expliquer comment faire les vôtres !

Chêne en kokedama
Lierre, charme et cerisier en kokedama
Lierre, charme et cerisier en kokedama, placé dans un bateau à thé

Kokedama et pratique du thé

Dans certaines pratiques du thé, comme par exemple dans le Gong Fu Cha ou le Chaxi Mandala, l’on va chercher à travailler la présentation du thé. L’idée sera alors de présenter quelque chose d’harmonieux et d’esthétique. A un moment donné, l’on peut également chercher à ajouter du végétal dans la composition, sur le chabu par exemple. Ce peut être une unique fleur dans un vase épuré, un bonsai (idéalement un mam) ou comme ici un kokedama.

En nous initiant au thé, nous avons également commencé à nous initier à l’art bonsai, pour accompagner nos sessions, dégustations et infusions.

Et puis nous avons découvert le kokedama, très beau, très pur, très naturel. C’est superbe avec le thé… C’est pour cette raison que nous avons commencé à faire nos propres kokedama !

Cela donne vraiment quelque chose de très relaxant et qui contribue à mieux s’ancrer dans l’ici et maintenant au moment de la dégustation. Et tout comme pour le bonsai, l’entretien est aussi quelque chose de relaxant, de très zen (au sens philosophique du terme), alors pourquoi se priver ?

Chaxi Mandala avec un kokedama
Chaxi Mandala avec un kokedama
Kokedama et matcha
Kokedama et matcha

A vous de jouer : créez vos propres Kokedama !

Lierre, charme et cerisier en kokedama

Pour faire vos propres kokedama, ce n’est pas très compliqué. La première chose à faire est d’aller vous balader dans les bois (ou simplement dans votre jardin), de préférence au printemps ou à l’automne, et d’y prélever un (ou plusieurs) végétal(aux), avec la motte de terre et un maximum de racines. Des graminées, des fleurs, des fougères, de petits arbres… Prenez également de la mousse, autant que possible en une seule plaque.

Composez un ensemble harmonieux avec votre ou vos végétaux, que vous placerez au centre d’un disque découpé dans un film géotextile. Préparez maintenant votre mélange de terre : terreau + akadama + sphaigne, que vous allez mouiller pour former un tout particulièrement collant. Placez ce mélange dans votre géotextile autour de votre composition, en tassant bien et en formant une boule grosse comme un poing. Refermez votre géotextile en haut, puis entourez-le maintenant de votre mousse (mouillez la, elle sera plus souple). Entourez maintenant votre boule de fil de couture fin (et de préférence vert), en faisant des cercles concentriques tous les deux centimètres bien serrés sur la mousse. Enfin, égalisez la mousse. Ce n’est pas plus compliqué !

L’entretien du kokedama

Pour l’entretien, rappelez-vous qu’il s’agit de végétaux prélevés dans la nature. Donc comme pour le bonsai, la place du kokedama est dehors. On n’a jamais vu un chêne pousser dans une maison ! Toujours comme pour le bonsai, ayez également en tête qu’il y a peu de terre, donc l’arrosage doit être fréquent et régulier par grosses chaleurs (le plus simple : plongez votre kokadama dans un seau d’eau pendant quelques minutes). Troisièmement, et encore comme pour le bonsai, il doit être taillé et c’est à vous de choisir la forme que vous souhaitez donner à votre arbre, mais il faut le faire. Enfin (comme pour le…), il doit avoir un hiver. Selon le végétal choisi, ce sera sa fin ou pas… Mais ne le laissez pas dehors comme ça, avec si peu de terre il gèlerait ! Vous pouvez l’enterrer dans de la tourbe jusqu’au collet (il faudra alors changer la mousse au printemps suivant) ou le mettre dans une serre froide (3°C – 7°C), en veillant dans tous les cas à lui apporter de l’eau.

Chêne en kokebana
Chênes en kokebana

 

Nous ne faisons ici que survoler, car d’autres le font bien mieux que nous. Le site L’Art du Kokedama regroupe de nombreux articles et informations, et nous vous invitons vivement à vous y rendre si vous souhaitez plus de détails !

Si on vous a donné envie et que vous vous lancez, partagez-nous vos photos !

N

Cet article est terminé !

Nous espérons que cet article vous aura plu. Si c’est le cas, n’hésitez pas à nous le faire savoir, soit dans les commentaires ci-dessous soit sur les réseaux sociaux ! Si vous avez des questions et avez besoin de conseils, n’hésitez pas non plus par les mêmes biais !
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Rejoignez notre mailing list pour recevoir les dernières nouvelles, mises à jour et téléchargements gratuits !

Vous êtes correctement inscrit ! Vous allez recevoir un mail pour valider votre inscription. Si vous ne recevez rien, vérifiez vos spams.

Pin It on Pinterest

Share This