Select Page

Gaiwan Wabi-Sabi par Jé le Potier

par | Actualisé le 30 septembre 2017 | Publié le 12 mars 2017 | Gaiwans | 0 commentaires

Gaiwan Wabi-Sabi par Jé le Potier

Le Wabi-Sabi est un style japonais, à la fois un concept esthétique et une disposition spirituelle, issu de la philosophie zen et du taoïsme. Il s’agit d’un concept assez difficile à définir, notamment pour des occidentaux tels que nous. Le terme est composé de wabi, qui fait référence aux principes de solitude, de simplicité, de mélancolie, de nature, de tristesse, ou encore de dissymétrie ; et de sabi, qui fait écho quant à lui à l’altération par le temps, à la décrépitude des choses vieillissantes, à la patine des objets… Si le wabi fait référence à la plénitude et à la modestie que l’on peut éprouver face aux phénomènes naturels, le sabi évoque la sensation face aux choses dans lesquelles l’on peut déceler le travail du temps ou des hommes.

C’est ce sentiment qu’à voulu rendre Jé le Potier en réalisant ce Gaiwan et que l’on a essayé de faire éprouver en photos.

Gaiwan Wabi-Sabi par Jé le Potier, entier
Gaiwan Wabi-Sabi par Jé le Potier, intérieur
Gaiwan Wabi-Sabi par Jé le Potier, trois parties à l'endroit
Gaiwan Wabi-Sabi par Jé le Potier, trois parties à l'endroit
Gaiwan Wabi-Sabi par Jé le Potier, trois parties à l'envers

Les détails de ce Gaïwan

Ce gaiwan, vous l’aurez compris, est dans le plus pur style wabi-sabi. La glaçure qui le recouvre est de type Ruyao, ce qui fait qu’il craquelle au fur et à mesure qu’il est utilisé. Chose très intéressante, nous étions chez Jé le jour où il l’a sorti du four (un immense merci pour cet après-midi !). Dès les premières minutes, nous l’entendions qui craquait, nous écoutions la terre se retracter. Le soir même, nous l’avons utilisé et ce bruit caractéristique s’est à nouveau fait entendre. Nous avons alors vu de nos yeux vu (mais je vous jure Madame !) la glaçure se craquer. C’était une très belle expérience !

Mais revenons-en à nos moutons ! Ce gaiwan pèse donc 220 grammes (47 grammes pour la soucoupe, 118,7 grammes pour le corps et 54,3 grammes pour le couvercle). Il a une contenance de 95-100 ml. Enfin, il a une hauteur de 5,5 centimètres pour une hauteur de 8 centimètres.

Nous l’avons choisi en concertation avec Jé pour Aurélie, dans l’optique d’y infuser des Oolong (ce que nous faisons), donc des thés s’infusant à 95-100°C.

Ainsi, nous avons fait attention à ce que le couvercle n’arrive pas trop bas sur le corps du gaiwan, de sorte à ce que l’eau ne passe pas par-dessus bord. Cela évite, à la verse, le risque de brûlures. Nous avons également était vigilants à ce qu’il ne soit pas trop grand (dans la mesure où Aurélie n’a pas de grandes mains) ni trop lourd. Et surtout, nous nous sommes attardés sur l’esthétique, mais là on peut dire qu’avec une réalisation de Jé nous ne prenions pas trop de risques ! 😉

Bref, pour conclure, c’est un magnifique Gaiwan dans le plus pur style Wabi-Sabi, tout simplement !

N

Cet article est terminé !

Nous espérons que cet article vous aura plu. Si c’est le cas, n’hésitez pas à nous le faire savoir, soit dans les commentaires ci-dessous soit sur les réseaux sociaux ! Si vous avez des questions et avez besoin de conseils, n’hésitez pas non plus par les mêmes biais !
Inscrivez-vous à notre Newsletter

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Rejoignez notre mailing list pour recevoir les dernières nouvelles, mises à jour et téléchargements gratuits !

Vous êtes correctement inscrit ! Vous allez recevoir un mail pour valider votre inscription. Si vous ne recevez rien, vérifiez vos spams.

Pin It on Pinterest

Share This