Select Page

Théière à mémoire “numéro 13” par Jé le Potier

par | Actualisé le 21 août 2017 | Publié le 16 juillet 2017 | Théières | 0 commentaires

Théière à mémoire "numéro 13" par Jé le Potier
Théière à mémoire "numéro 13" par Jé le Potier

Il y a quelques mois, c’était l’anniversaire de Robin. C’est d’ailleurs à cette occasion que lui avaient été offerts les deux yunomis par Jean-Jacques Gentil. A cette occasion toujours, il avait été passé une commande à Jé le Potier pour une jarre à thé. Mais pour une jarre, il faut souvent beaucoup de thé… Cette jarre est donc devenue cette théière à mémoire.

Voyons la ensemble !

Il s’agit donc d’une théière de 12 cl et d’un poids de 98 grammes. Tant que nous sommes dans les détails, elle mesure 6 cm de haut et 11,5 cm du bec à l’anse. Son filtre comporte 14 trous, ce qui permet une verse des plus rapides, verse qui est d’ailleurs très précise dans la mesure où la forme du bec est impeccable. Enfin, elle est signée et porte le numéro 13.

Mais ce n’est pas tellement ce qui est important. L’important, c’est que Jé expérimente là à la fois une nouvelle terre, une nouvelle technique et un nouveau style.

Théière à mémoire "numéro 13" par Jé le Potier, bec
Théière à mémoire "numéro 13" par Jé le Potier, filtre
Théière à mémoire "numéro 13" par Jé le Potier, signature
Théière à mémoire "numéro 13" par Jé le Potier, dessus
Théière à mémoire "numéro 13" par Jé le Potier, dessus
Théière à mémoire "numéro 13" par Jé le Potier, craquelures

Concernant la terre, il s’agit d’un grès extrêmement poreux, de l’ordre de 6% de porosité. C’est très intéressant puisque cela permet que la théière prenne véritablement l’empreinte des thés qui y sont infusés. Elle est tellement poreuse que lorsque le thé infuse, on sent l’humidité à l’extérieur de la théière, elle en est presque à suinter.

Concernant la technique, vous remarquerez qu’elle est complètement craquée. Elle est en effet recouverte d’un engobe avant la cuisson qui a pour effet d’assécher la terre à l’extérieur, l’intérieur restant quant à lui humide. Ainsi, l’extérieur va se rétracter plus vite que l’intérieur, ce qui donne cet effet. C’est là que c’est technique : si la craquelure est trop profonde, la théière fuit.

Enfin, concernant le style, il est directement lié à la technique : Jé part sur un travail plus brut, plus rugueux, plus violent dans la texture, tout en gardant des formes plus douces, plus lisses. Le contraste donne vraiment un bel effet !

Jé souhaite que nous utilisions cette théière pour les Dan Cong, mais nous avons pour cela la Shi Piao en Yixing… Alors pour le moment, elle est réservée aux puerh shu. Mais attention, pas des puerh shu finis au pipi de chat, grand dieu non, des vrais bons shu affinés à Hong-Kong, des vrais shu dignes de cette théière !

Théière à mémoire "numéro 13" par Jé le Potier, détail
Théière à mémoire "numéro 13" par Jé le Potier, détail

Disons-le clairement : nous prenons plaisir à redécouvrir les puerh shu !

N

Cet article est terminé !

Nous espérons que cet article vous aura plu. Si c’est le cas, n’hésitez pas à nous le faire savoir, soit dans les commentaires ci-dessous soit sur les réseaux sociaux ! Si vous avez des questions et avez besoin de conseils, n’hésitez pas non plus par les mêmes biais !

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Rejoignez notre mailing list pour recevoir les dernières nouvelles, mises à jour et téléchargements gratuits !

Vous êtes correctement inscrit ! Vous allez recevoir un mail pour valider votre inscription. Si vous ne recevez rien, vérifiez vos spams.

Pin It on Pinterest

Share This