Select Page

A la découverte des Puerh Sheng de Bulang : comparaison de trois thés d’une même région

par | Actualisé le 22 mai 2017 | Publié le 1 mai 2017 | Puerhs Sheng, Thés-Xpériences | 0 commentaires

  • 90%
Bulang 2010 Tea Battle

Pour son anniversaire, Robin s’est vu offrir par son frère (un immense merci Bro !) trois galettes de 100 grammes chacune de puerh sheng de Bulang des thés Terre de Ciel. L’idée est brillante, car il s’agit de trois thés de 2010 de la même région (Bulang donc, mais nous y reviendrons) mais qui ont été produits différemment. Cela va donc nous permettre de mieux appréhender les thés de cette région, que nous ne connaissons pas encore malgré leur réputation.

Ce que nous vous proposons donc dans cet article, c’est de procéder à des dégustations comparatives de ces trois thés. Nous n’allons pas faire un immense rapport de dégustation triple, ce serait illisible. Nous allons plutôt faire une Tea Battle.

 

Partons donc ensemble à la découverte des Puerh Sheng de Bulang !

La Région de Bulang

Bulang est une région montagneuse du Yunnan, à seulement 244 km de Pu’er, proche de la frontière Birmane, à environ 1 500 mètres d’altitude. C’est une vaste région, bien plus grande qu’une simple montagne. Mais lorsque l’on parle en termes de thé, la limite des montagnes de Bulang n’est pas claire. Elle comprend tout le territoire au sud-ouest de Menghai, incluant Hekai, Banzhang, Xiao Mengsong (à ne pas confondre avec Da Mengsong) et bien sûr la petite ville de Bulang Shan. Pour plus d’informations sur cette région, nous vous invitons à lire ce billet sur Bannacha.com (en anglais).

Dans le passé, le thé produit ici était transporté à dos d’hommes ou de mulets jusqu’à l’ancien poste de commerce du Yunnan, en empruntant ce que l’on connait aujourd’hui sous le nom d’ancienne route du thé. C’est pourquoi tous les thés produits dans cette région, bien que provenant de villages différents, sont appelés Thés de Bulang.

Bulang Shan

Village de Bulang Shan
Village de Bulang Shan
Théiers sauvages dans la montagne de Bulang
Champs de théiers dans la région de Bulang

Les trois thés que nous allons comparer

Nous l’avons dit, il s’agit de trois thés de 2010. C’est aussi ce qui est intéressant ! En effet, au printemps  2010, une terrible sécheresse a touché le  Yunnan. La récolte était rare et relativement chère mais d’un grand caractère.

Bulang Bakalong

Bulang Bakalong 2010 emballé

Cette cueillette fine composée de bourgeons et premières feuilles est issue de la première récolte du printemps 2010, sur les très vieux arbres du village de Ba Ka Long. Les feuilles ont été flétries, torréfiées, roulées à la main et séchées au soleil avant d’être légèrement pressées sous pierres à Jinghong. L’emballage, en papier artisanal local, comporte une calligraphie originale de Li Chun Lin. 200 pièces seulement ont été produites en collaboration avec Zhi Zheng tea (Jinghong).

Bulang Jie Liang

Bulang Jie Liang 2010 emballé

Ce thé a été récolté en octobre 2010 sur les vieux arbres du village de Jie Liang. Nous le disions, le printemps avait été terriblement sec cette année là, et les pluies estivales ont redonné de la vigueur aux arbres. La récolte d’automne fut donc abondante. C’est une galette élaborée selon les méthodes traditionnelles et peu compressée, pour un meilleur vieillissement.

Bulang Hekai

Bulang Hekai 2010 emballé

Cette galette est issue d’une récolte d’automne 2010 sur les grands arbres (Da Shu) des jardins du village de Hekai. Comme pour le Jie Liang, les pluies d’été avaient redonné de la vigueur aux arbres. Il s’agit d’une galette peu compressée composée de petites feuilles régulières et comportant une bonne proportion de bourgeons.

Comment allons-nous infuser ces trois thés de Bulang ?

Afin d’avoir une bonne comparaison, nous allons les infuser exactement de la même façon. Ainsi, ces trois thés de Bulang seront infusés dans un gaiwan en porcelaine blanche (afin de voir les liqueurs et les feuilles d’une part et de ne pas avoir d’interaction avec le matériau d’autre part) selon la méthode du Gong Fu Cha. Sur la base de 5 à 6 grammes dans le gaiwan, nous les infuserons avec une eau de Volvic chauffée à 100°C. Nous réaliserons cinq infusions successives de chaque (et si un thé en garde sous le pied, nous le garderons pour le boire hors article 😉 ).

Nous allons d’abord comparer les feuilles sèches, puis liqueurs et les infusions, et enfin les feuilles humides. Et pour que l’article reste lisible et agréable, nous irons droit au but !

 

La Tea Battle des Bulang 2010 : Fight !

Gaïwan en porcelaine blanc ivoire

Bulang Bakalong

Feuilles sèches

Bulang Bakalong 2010, galette

La galette a une belle odeur végétale, très fraiche, très verte. L’on y décèle un léger côté sucré, peut-être un peu de miel, rehaussé par des notes fleuries. La galette est belle, très bien compressée, et les feuilles se détachent facilement sans s’abimer.

Bulang Jie Liang

Feuilles sèches

Bulang Jie Liang 2010, galette

La galette est plus foncée que le Bakalong, ce qui est normal puisque ce n’est pas une récolte de printemps. L’odeur est plus empyreumatique. L’on ressent une odeur boisée et quelques touches d’amendes amères. C’est une vraie promenade en sous-bois que nous offre ce nez !

Bulang Hekai

Feuilles sèches

Bulang Hekai 2010, galette

C’est également une récolte d’automne et donc des feuilles plutôt foncées. Nous sommes totalement entre les deux : des notes boisées et empyreumatiques (peut-être un peu chocolatées), mêlées à quelque chose de vert et de fleuri, des touches fruitées et iodées.

Liqueurs

Bulang Bakalong 2010, liqueur

La liqueur est claire et limpide, d’une belle couleur orangée, ambrée (PMS 138      ). Le nez révèle des touches miellées et fruitées, un peu “pâte de fruit”, légèrement fleuries.

Liqueurs

Bulang Jie Liang 2010, liqueur

La liqueur est là aussi claire et limpide, d’une belle couleur or, plus claire que celle du Bakalong (PMS 123      ). Au nez, on est très nettement sur des notes de sous-bois, de pierres humides et d’amende amère.

Liqueurs

Bulang Hekai 2010, liqueur

La liqueur est encore claire et limpide, d’une belle couleur or, à mi-chemin entre les deux précédentes (PMS 130      ). Au nez, l’on ressent un peu d’amende amère mais surtout du chocolat, du sous-bois et du végétal, herbacé. On est vraiment entre le Bakalong et le Jie Liang.

Infusions

L’infusion est aqueuse, à la fois puissante et subtile. L’on a des goûts sucrés de miel relevés par une belle amertume et un très beau retour du doux à partir de la troisième infusion. La pâte de fruit est bien présente. C’est un thé très long en bouche, avec un magnifique after-taste sucré. Il est rond, équilibré et harmonieux.

Infusions

L’infusion est aqueuse et particulièrement puissante. On a une très belle amertume là encore, mais totalement différente de celle du Bakalong. Elle est bien présente, plus lourde sur la l’arrière-langue, mais très agréable. Quelques touches fruitées et acidulées de zestes d’agrumes se font sentir sur la tête boisée. Il est moins long en bouche, moins persistant, que son prédécesseur.

Infusions

L’infusion est aqueuse, et là encore entre les deux précédents. L’amertume, magnifique, est beaucoup plus discrète et se fait sentir dans la gorge. L’infusion est très fraiche en retour de bouche, sucrée, lactée et fleurie. Il est également entre les deux en terme de longueur en bouche. L’on ressent un peu d’agrumes et de réglisse, très équilibrés. Superbe.

Feuilles humides

Bulang Bakalong 2010, feuilles humides

Les feuilles ont une odeur caractéristique des Puerh verts. On a un peu d’amande amère mais surtout quelque chose de fruité et de fleuri. Elles ont une belle couleur verte aux touches orangées (PMS 112      ).

Feuilles humides

Bulang Jie Liang 2010, feuilles humides

Les feuilles sont vert-marron (PMS 119      ) et dégagent, en plus de celle de l’amande amère, une odeur de chocolat, de cacao. Elles sont plus grandes que le Bakalong, signe qu’elles ont été récoltées plus tard dans la saison.

Feuilles humides

Bulang Hekai 2010, feuilles humides

Les feuilles humides sont marron-rouge (PMS 118      ) et sentent le chocolat, l’iode et la pierre mouillée. L’on voit qu’elles ont subi une légère dissécation mais n’en sont pas moins belles.

Podium

Et le vainqueur est…

Bon, s’il fallait les classer par préférence, ce serait : 1/ le Hekai automne 2010, 2/ le Bakalong printemps 2010 et 3/ le Jie Liang automne 2010. Le Hekai est vraiment étonnant, fin, rond, équilibré, un Qi magnifique, une amertume sublime… mais en fait, les trois sont vraiment très bons !

De toutes façons, le but ici n’était pas de les classer, mais plutôt d’en apprendre d’avantage sur ce terroir de Bulang en particulier, et sur les puerh sheng en général. Et ce que nous avons appris, bien que cela puisse paraitre d’une banalité extrême, c’est que 1/ la saison à laquelle est récolté un thé a une grande influence sur la puissance et le goût, 2/ l’altitude joue aussi un rôle important (le village de Hekai est un peu plus haut que celui de Ba ka long), notamment sur l’amertume, 3/ le type de théiers desquels sont issus les thés a un effet (théiers sauvages, vieux théiers ou théiers de jardin) et 4/ que l’amertume des puerh est quand même délicieuse ! (mais ça on le savait déjà 😉 ).

C’est une expérience riche et intéressante que nous venons de conduire ici, qui nous a fait progressé (et nous l’espérons vous aussi !), mais il reste malgré tout encore beaucoup de chemin à parcourir !

On le sait, il y a évidemment d’autres paramètres qui entrent en ligne de compte, mais entre le savoir sur le papier et le ressentir par l’expérience, il y a un monde !

N

Cette expérience est terminée !

Nous espérons que cette expérience vous aura plu. Si c’est le cas, n’hésitez pas à nous le faire savoir, soit dans les commentaires ci-dessous soit sur les réseaux sociaux et à la partager avec vos amis ! Si vous avez des questions et avez besoin de conseils, n’hésitez pas non plus par les mêmes biais !

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Rejoignez notre mailing list pour recevoir les dernières nouvelles, mises à jour et téléchargements gratuits !

Vous êtes correctement inscrit ! Vous allez recevoir un mail pour valider votre inscription. Si vous ne recevez rien, vérifiez vos spams.

Pin It on Pinterest

Share This