Select Page

Hong Tai Chang 2006

par | Actualisé le 29 mars 2017 | Publié le 21 octobre 2016 | Puerh du mois, Puerhs Sheng, Vieux Puerhs | 0 commentaires

  • 75%

Ce Puerh Sheng est le Puerh du mois d’octobre 2016. Chose méconnue, les puerhs ne sont pas exclusivement produits dans le Yunnan. Ainsi, celui-ci provient de Thaïlande et a été produit par Lao Lee Hong Tai Chang  suivant une méthode traditionnelle en 2006 (pour toutes les informations sur ce thé et l’histoire de sa production, nous vous invitons à lire la fiche associée), et stocké depuis sur son lieu de production.

Chiang Rai

Temple de la province de Chiang Rai
Feuilles sèches

Aspect des feuilles sèches

Les feuilles se présentent sous forme compressée et sont de couleur marron – vert foncé (PMS 449      ). On ne note la présence d’aucun débris, ce qui présage qu’il n’y en aura pas non plus de trop dans l’infusion. L’odeur à sec est boisée, minérale, fumée. En insistant, on découvre des notes camphrées et de naphtaline (mais absolument pas désagréables, il est important de le noter, ce n’est pas dans le côté péjoratif) assez étonnantes.

Aspect des feuilles humides

Les feuilles humides ont une couleur proche, en plus clair (PMS 133      ). La densité est moyenne, de l’ordre de 50% de volume en plus par rapport aux feuilles sèches. L’on voit, une fois les feuilles infusées, la présence de tiges. Les feuilles sont coupées et mesurent environ 2 cm. L’odeur est boisée, épicée et légèrement fumée. Quelque chose évoque la jeune cave propre, bien entretenue et bien aérée.

Feuilles humides

la compression est très belle et les feuilles dégagent une odeur complexe présentant d’agréables notes camphrées.

Aurélie

Une magnifique compression pour ces feuilles ! L’odeur est riche, sur une base fumée et boisée rehaussée par d’agréables notes camphrées et de naphtaline. J’aime !

Robin

Méthode d’infusion : infusion courte en hohin

Données sur l’infusion

Nous avons infusé ce puerh sheng en Hohin en grès de la Puisaye. Nous sommes partis sur 5,2 grammes pour les 100 ml de ce hohin. Après un court rinçage de 5 secondes, nous avons réalisé 9 infusions successives (5s, 7s, 8s, 9s, 10s, 10s, 10s, 12s et 15s) avec une eau de source peu calcaire, légère, fraiche et sans aucun goût chauffée à 100°C. Il aurait été possible de l’infuser encore de nombreuses fois.

Méthode d'infusion : infusion courte en hohin
Liqueurs en infusion courte

Liqueur

Limpidité

La liqueur est profonde et limpide. Très peu de débris et de dépôt.

Odeur

Sur les trois premières infusions, l’odeur est extrêmement difficile à décomposer. Elle est riche et complexe. A partir de la quatrième infusion, le nez comprend des notes boisées (particulièrement de la résine de pin) et terreuses. Quelques touches animales se font également présentes mais discrètes.

Couleur

La liqueur est orange foncé, ambrée (PMS 131      ).

Infusion

Texture

L’infusion est d’abord ronde, puis gagne en charpente au fil des infusions.

Saveur

Tout comme pour l’odeur de la liqueur, les saveurs sont difficile à identifier sur les premières infusions. L’infusion est très bonne mais très complexe, sur une base boisée et terreuse. Puis à partir de la troisième infusion, des notes boisées de lichens se font ressentir, auxquelles se marient des saveurs empyreumatiques de tabac blond. A la cinquième infusion, l’on ressent des arômes de pin et d’ambre, auxquels vont s’ajouter à la septième infusion des notes de fruits à coque grillés.

Touche finale

La touche finale est également très complexe. Elle est légèrement camphrée et amère à partir de la troisième infusion, puis évolue vers quelque chose de médicamenteux (encore une fois pas dans le sens négatif du terme, non désagréable, bien au contraire).

Avis sur cette infusion

Une agréable odeur camphrée et de naphtaline pour ces infusions, associée à des touches de tabac, de pin et de terre. La touche finale évoque quelque chose de médicinal.

Aurélie

Les infusions sont pour moi particulièrement difficiles à décortiquer : je ressens des lichens, des fruits à coque grillés, du camphre et de la naphtaline, très harmonieusement mêlés. La touche finale est pour médicamenteuse, mais ce n’est pas très clair.

Robin

Conclusion : Avis général sur ce thé

Avis Général

Avis Général

Aurélie

C’est un thé qui est assez étonnant dans ses saveurs, qui a beaucoup de caractère. C’est pour moi une nouveauté en termes de gout, j’ai l’impression de découvrir de nouveaux types de puerhs. Encore une belle découverte avec ce puerh du mois !

Note d'Aurélie

Avis Général

Avis Général

Robin

J’adore ce thé, mais c’est pour moi une énigme et un casse-tête ! Il m’a été particulièrement difficile d’identifier clairement des saveurs ou odeurs. Il est très agréable, aussi bien au nez qu’en bouche, je prend un plaisir non dissimulé à le déguster, mais suis littéralement incapable de le décrypter. Bien que cela puisse paraitre négatif, ce qui va suivre ne l’est pas : par certains côtés, il m’évoque l’haleine qu’avait mon grand-père quand il se faisait un bain de bouche après sa cigarette. Oui, dit comme ça, cela semble dégueulasse, mais pourtant j’ai adoré. Un côté médicamenteux, mais je ne dis pas ça dans des termes négatifs (vous voyez que c’est compliqué pour moi à décrire ? ). Bref, du grand plaisir mystique !

Note de Robin

Profil gustatif
N

Ce rapport est terminé !

C’est la fin de ce rapport de dégustation ! Nous espérons qu’il vous aura plu et vous aura permis de vous aider à vous orienter sur la voie du thé. Si vous avez vous-aussi goûté ce thé, nous serions ravis d’avoir vos impressions. Dans tous les cas, n’hésitez pas à nous le faire savoir, soit dans les commentaires ci-dessous soit sur les réseaux sociaux !

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Rejoignez notre mailing list pour recevoir les dernières nouvelles, mises à jour et téléchargements gratuits !

Vous êtes correctement inscrit ! Vous allez recevoir un mail pour valider votre inscription. Si vous ne recevez rien, vérifiez vos spams.

Pin It on Pinterest

Share This