Select Page

Jarres à thé en raku (et informations sur la technique)

par | Actualisé le 5 juin 2017 | Publié le 27 novembre 2016 | Jarres à thé | 0 commentaires

Jarres à thé en raku

Ces deux jarres à thé en raku, une technique de cuisson japonaise, ont été réalisées par la maman de Robin (encore merci Môman !), celle-là même qui a modelé quelques teapets. C’est, entre autre, la passion pour la poterie des parents de Robin qui nous a orienté vers le thé, alors c’est tout naturellement que nous présentons ici quelques-unes de leurs créations en rapport. Bref, ce sont deux jarres à thé donc. Pour l’instant, nous n’y stockons aucun thé, cherchant encore quel thé sera digne de ces jarres, et laquelle des deux sera digne de quel thé. Vous suivez ?

Cela tombe bien, parce que nous allons faire une (grande) parenthèse sur le raku et la technique !

Origines du raku

Le raku, abréviation française du terme japonais raku-yaki (littéralement « cuisson confortable ») est le résultat d’une technique d’émaillage développée dans le Japon du XVIe siècle. Il est lié essentiellement à la fabrication de bols (chawan), dans lesquels l’on fouette le matcha dans la cérémonie japonaise du thé, le Cha No Yu. On utilise un grès chamotté, puisqu’il sera alors résistant à de forts écarts de température et donc aux forts chocs thermiques.

Matériel nécessaire pour le Cha No Yu

Initialement, ces céramiques étaient réalisées à la demande de maîtres de thé. Ce sont des bols à thé, des chawan. La consommation du thé était devenue une pratique sociale répandue hors des monastères zen, bien qu’introduite au Japon par le moine Eisai (1141-1215), fondateur de l’école zen Rinzai, et auteur d’un traité sur le thé, le Kissa Yōjōki. Le contexte qui voit apparaître ce goût correspond, au XVe siècle, à une révolution esthétique : ce sont — dans les temples zen et à la cour du shōgun Ashikaga Yoshimasa (1435-1490) — les personnes chargées des collections et de l’étiquette, puis les maîtres de thé, qui modifient les usages dans l’appréciation des œuvres et dans les règles qui régissent les réunions mondaines. L’appréciation des œuvres n’est plus régi de manière incontestée par la hiérarchie traditionnelle, qui plaçait les arts et la lit-

-térature de la Chine au-dessus de ceux du Japon. Elle puise dorénavant ses critères dans la théorie littéraire, notamment de la poésie et du théâtre. Ceci conduit à l’émergence du wabicha, un nouveau style de préparation du thé, imprégné d’idéaux d’humilité et de frugalité. Cette mode conduit à utiliser de plus en plus des ustensiles et des bâtiments quotidiens comme modèles pour la pratique du wabicha. Et les céramiques coréennes et japonaises sont particulièrement appréciées dans ce contexte. Ainsi, la céramique japonaise, de la fin du XVe siècle au milieu du XVIe siècle, est reconnue comme un art dont les principes peuvent être analysés et dont on peut débattre au sein des plus hautes instances artistiques.

L'une des jarres en raku, vue de face
La même jarre à thé en raku, ouverte
Intérieur de la même jarre à thé en raku

La technique du raku

Le raku est donc à la fois un style artistique et un mode cuisson primitif de la terre. Nous l’avons dit, la terre utilisée est un grès très fortement chamotté. Une fois que la pièce est modelée ou tournée (modelée quand il s’agit d’une grosse chamotte ou tournée pour une chamotte plus fine), elle est biscuitée à 800-850°C. Il s’agit alors d’une première cuisson. Après cette phase de biscuitage, la pièce est émaillée avec un émail spécifique, de la cire (qui sert de réserve) est placée sur les zones que l’on souhaite noircir par enfumage, puis cuite à 980-1020°C. A la fin de la cuisson, la pièce est brutalement sortie du four, ce qui a pour effet d’engendrer un choc thermique qui va faire craquer l’émail. Enfin, la pièce est plongée dans de la sciure de bois (ou en test par les parents de Robin, dans des feuilles de thé récupérées de séances de Gong Fu Cha) et placée dans un récipient hermétique. Cette sciure va alors brûler et créer de la fumée, fumée dont le carbone viendra noircir les zones non-émaillées ou s’infiltrer dans les craquelures de l’émail. C’est cette phase d’enfumage qui donne cet aspect si particulier.

Deuxième jarre à thé en raku, vue de face
Deuxième jarre à thé en raku, ouverte
Intérieur de la deuxième jarre à thé en raku

Conclusion

Le raku est un style artistique et une technique de cuisson japonais largement répandu pour la réalisation des chawan, les bols de la cérémonie japonaise du thé dans lesquels est fouetté le matcha. Ici, cette technique de cuisson a été portée sur des jarres à thé, mais l’on peut aujourd’hui trouver des vases ou tout autre type de céramique en raku. En raison de l’émail, la terre n’est pas poreuse (contrairement par exemple à la jarre à thé par Jé le Potier), ce qui n’empêche pour autant pas au thé d’être aéré et de vieillir correctement, puisque le couvercle n’est pas parfaitement ajusté. En revanche, une série d’échanges sur le forum des amateurs de thé nous laisse penser que la carbonisation liée à la technique pourrait donner un goût non recherché au thé qui y serait stocké. Pour vérifier l’effet de la terre ou de la technique sur l’affinage d’un thé, un bon test serait de faire vieillir un même thé soit dans une jarre poreuse soit dans une jarre en raku. Nous mènerons probablement cette expérience prochainement ! Sacrilège, sacrilège…

En attendant, ces deux jarres sont très belles à côté de nos teawares !

Les deux jarres à thé en raku
Les deux jarres à thé en raku
N

Cet article est terminé !

Nous espérons que cet article vous aura plu. Si c’est le cas, n’hésitez pas à nous le faire savoir, soit dans les commentaires ci-dessous soit sur les réseaux sociaux ! Si vous avez des questions et avez besoin de conseils, n’hésitez pas non plus par les mêmes biais !

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Rejoignez notre mailing list pour recevoir les dernières nouvelles, mises à jour et téléchargements gratuits !

Vous êtes correctement inscrit ! Vous allez recevoir un mail pour valider votre inscription. Si vous ne recevez rien, vérifiez vos spams.

Pin It on Pinterest

Share This