Select Page

Hung Shui de Yong Lung (Dong Ding), Hiver 2013

par | Actualisé le 29 mars 2017 | Publié le 16 décembre 2016 | Wulongs Moyennement Oxydés, Wulongs Torréfiés | 6 commentaires

  • 76%

Ce oolong taïwanais est issu d’un cultivar Qingxin (ruanzhi) et a été produit à Yong Lung (appellation Dong Ding) et récolté le 30 novembre 2013. C’est un thé ayant subi une oxydation faible à moyenne, roulé en boule et torréfié lentement de manière poussée. Nous l’avons acheté chez Tea Masters au prix de 16 € les 25 grammes.

 

Dong Ding

Aspect des feuilles sèches

Les feuilles sont roulées et de couleur vert foncé (PMS 581      ), très agréables à toucher. Il n’y aucun débris lorsque l’on verse les feuilles dans la verseuse, ce qui présage qu’il n’y en aura pas non plus de trop dans l’infusion. L’odeur à sec est gourmande, boisée et des notes de pins, de résineux, rehaussent la torréfaction.

Aspect des feuilles humides

Les feuilles humides ont la même couleur vert foncé que les feuilles sèches (PMS 581      ). L’on voit, une fois les feuilles déroulées, la présence de tiges, avec deux à trois feuilles d’environ 3-4 cm de long. L’odeur est végétale et gourmande, avec toujours une trace empyreumatique de torréfaction. La densité est forte, de l’ordre de 80% de volume en plus par rapport aux feuilles sèches.

Les feuilles donnent envie. Ce sont de jolies feuilles qui s’ouvrent bien et sont denses. L’odeur est riche et agréable.

Aurélie

Ce sont de très belles feuilles bien construites, avec une belle odeur et une belle couleur. Elles sont très agréables à toucher.

Robin

Première méthode d’infusion : infusion longue en gaïwan

Données sur l’infusion

Cette première méthode d’infusion est une infusion longue en gaïwan en porcelaine. Nous sommes partis sur 2,5 grammes pour 100 ml. Nous avons réalisé une première infusion de 3 min à 90°C, suivie d’une deuxième de 4 min à 90°C et d’une troisième de 5 min 10 à 90°C. L’eau utilisée est une eau peu calcaire, légère, fraiche et sans aucun goût.

Liqueur

Limpidité

La liqueur est très claire et limpide. Très peu de débris et de dépôt.

Odeur

Au long des infusions successives, l’odeur est peu développée. L’on note toutefois des touches empyreumatiques, des touches de pin (qui s’intensifient au fil des infusions) et des touches gourmandes.

Couleur

La liqueur est très claire (PMS 600      ).

Infusion

Texture

L’infusion est aqueuse.

Saveur

Quelle que soit l’infusion, l’on ressent une saveur boisée et empyreumatique, rehaussée par la saveur de la torréfaction et du pin. Les deuxième et troisième infusions laissent apparaitre de discrètes touches gourmandes.

Touche finale

La touche finale est végétale.

Avis sur cette infusion

Léger. Je suis déçue par l’infusion en gaiwan, puisque l’odeur des feuilles sèches me laissait présager une infusion plus puissante.

Aurélie

Infusé de la sorte, ce Hung Shui manque de force et de corps. C’est bon, mais trop léger, au regard de l’odeur on attend plus de ce thé.

Robin

Deuxième méthode d’infusion : infusion courte en Gong Fu Cha

Données sur l’infusion

Nous avons infusé cette fois-ci ce Huang Shui en Gong Fu Cha, dans une petite théière de Yixing. Nous avons opté pour 6,6 grammes pour les 80 ml de cette théière. Nous l’avons infusé 6 fois à 95°C (durées d’infusions : 7 secondes, 8 secondes, 10 secondes, 12 secondes, 14 secondes et 16 secondes), sans rinçage préalable des feuilles. L’eau utilisée est la même que précédemment, peu calcaire, légère, fraiche et sans aucun goût.

Liqueur

Limpidité

La liqueur est claire, sans aucun dépôt ni aucun trouble.

Odeur

L’odeur de la liqueur est beaucoup plus riche et profonde que précédemment. Nous avons une base boisée puissante tout au long des infusions, à laquelle se mêlent l’empyreumatisme de la torréfaction et des notes de pin (qui se renforcent au fil des infusions). Une odeur gourmande est présente, qui devient clairement lactée à partir de la troisième infusion.

Couleur

La couleur fonce au fur et à mesure des infusions (ce qui est logique en Gong Fu Cha), et est globalement plus foncée, plus soutenue, qu’en infusion longue. L’infusion est jaune (PMS 603      ).

Infusion

Texture

L’infusion est ronde et a nettement plus de corps et de profondeur que précédemment.

Saveur

La saveur est toujours empyreumatique et boisée, mais de façon plus soutenue qu’en infusion longue. Une saveur gourmande, qui devient lactée à partir de la troisième infusion, apprit dès la deuxième infusion. A partir de la cinquième infusion, l’on note la présence d’une touche florale très agréable, qui se renforce à la sixième infusion.

Touche finale

La touche finale est empyreumatique tout au long des infusions, très longue en bouche. A partir de la troisième infusion, il s’y mêle des arômes floraux, qui se renforcent à partir de la cinquième infusion.

Avis sur cette infusion

Hé bien voilà un Dong Ding qui a de la force ! De très belles infusions que voici !

Aurélie

Rien à voir avec l’infusion longue ! On a là une infusion qui a beaucoup plus de corps et de force, beaucoup plus de saveurs, beaucoup plus d’équilibre ! Un régal !

Robin

Conclusion : Avis général sur ce thé

Avis Général

Avis Général

Aurélie

Infusé en gaiwan, c’est un thé respectable mais un peu faible, qui manque de coffre. En revanche, dès que l’on passe sur une infusion courte et plus fortement dosée, c’est tout autre chose : le thé devient alors tannique, rond, équilibré. L’on ressent une torréfaction parfaitement bien maitrisée soulignée par des notes gourmandes délicieuses. Un très beau Oolong !

Note d'Aurélie

Avis Général

Avis Général

Robin

Ce que je trouve intéressant dans le test que nous venons de faire, c’est qu’il souligne très clairement que les Dong Ding sont faits pour être infusés en Gong Fu Cha ! Autant ce Hung Shui est faible en infusion longue, autant il gagne en force et en équilibre en infusion courte. On obtient alors une palette aromatique riche, variée et puissante dans une infusion ronde, équilibrée et harmonieuse. On a alors un puissant Qi qui réchauffe le coeur et apaise l’esprit. Un sans faute !

Note de Robin

Hung Shui de Yong Lung 2013, profil gustatif
N

Ce rapport est terminé !

C’est la fin de ce rapport de dégustation ! Nous espérons qu’il vous aura plu et vous aura permis de vous aider à vous orienter sur la voie du thé. Si vous avez vous-aussi goûté ce thé, nous serions ravis d’avoir vos impressions. Dans tous les cas, n’hésitez pas à nous le faire savoir, soit dans les commentaires ci-dessous soit sur les réseaux sociaux !

  • Blossom

    Petite piste de réflexion supplémentaire, le choix des ustensiles.
    En effet, un gaiwan en porcelaine fine ne garde pas la température élevée bien longtemps. Forcément au bout des 3 – 4 et 5 minutes, on est loin de l’eau bouillante.
    Alors qu’au contraire, la yixing préchauffée retiendra la chaleur plus longtemps. Le gong fu cha en gaiwan de 10cL, c’est du gong fu aussi. 😉

    • Bonjour et merci pour ce retour !
      C’est vrai que nous n’avons pas l’habitude du gong fu cha en gaiwan, et que nous les utilisons surtout pour des infusions longues, mais effectivement la température chute vite… On a un gaiwan en zisha, on le tente en gong fu cha la prochaine fois !
      Et du coup, cette différence de saveurs et de corps, tu penses que ça vient de la chute de température ? De la quantité moindre de thé ? Du matériau ? Un peu de tout ça à la fois ? Il y aurait mille tests à faire, la voie du thé est longue et c’est chouette !

      • Blossom

        😉
        Et pourtant…. Le gaiwan est l’arme ultime en GFC! Avec sa verse ultra rapide, à vous les infusions flash. (Comment ça, de la propagande? Moi?!?)
        Pour la différence de saveurs, comme l’extraction dépend de la température, ce n’est pas étonnant qu’avec des températures différentes (refroidissement en gaiwan), les saveurs exprimées soient différentes.
        Pour l’intensité, je soupçonne le dosage, et la baisse de température qui ne doit pas aider.

        Sinon… Je crois que vous venez de mettre le doigt sur l’intérêt du gong fu cha. 😉

        Oui, mille tests à faire… Pour les rendre plus lisibles, je vous conseille d’ailleurs de bien identifier la problématique que vous voulez résoudre, et de ne faire varier qu’un paramètre à la fois. Bonne route! ^^

        • Merci pour ces avis et précisions ! 🙂
          Bon, donc deux choses à faire :
          1/ Gong fu cha avec un gaiwan VS GFC avec une théière de yixing, avec exactement les autres mêmes paramètres pour pouvoir comparer et connaitre la différence
          2/ Passer aux dégustations en mode “méthode expérimentale” et en publier les bilans (effets de l’eau, du matériau, de la température, de la quantité de thé…)
          Ca va être long, mais intéressant ! 🙂 Merci !

          • Blossom

            J’adore ton enthousiasme!

            Ce sont des pistes, mais libre à toi de choisir une approche plus intuitive, plus dans le lâcher prise que dans le contrôle, même dans ce cas on apprend. 😉

            Amusez-vous bien! ^^

          • Oui, il est sûr que pour le lâcher prise, là j’ai du boulot (c’est Robin qui parle), la méthode expérimentale et le contrôle étant (pour l’instant du moins) ce que je connais le mieux 😉 Mais il est sûr aussi que ça fait aussi parti de l’apprentissage ! La voie du thé, c’est tout un chemin de vie 🙂

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Rejoignez notre mailing list pour recevoir les dernières nouvelles, mises à jour et téléchargements gratuits !

Vous êtes correctement inscrit ! Vous allez recevoir un mail pour valider votre inscription. Si vous ne recevez rien, vérifiez vos spams.

Pin It on Pinterest

Share This